Quand le wax me fait craquer... (1/2)

Passionnée par son graphisme et ses couleurs, dès mes premiers pas en Côte d'Ivoire il y a 10 ans, je n'ai pas pu m'empêcher de ramener des yards et des yards de Wax, dans mes valises. A l'époque j'ai craqué pour les imprimés de Vlisco. Néophite que j'étais, je n'avais pas encore saisi que mes yeux et mon coeur avaient encore penché vers le Luxe. (Ma maman n'aurait pas été étonnée !).


Et de ces étoffes, je n'avais pas envie d'en faire des vêtements mais des rideaux, des coussins, des nappes, serviettes,... tout un tas d'articles pour la maison.


Alors je me suis lancée pour mon appartement à Abidjan. En 2008. Ma première innovation avait été de faire confectionner des rideaux en Bogolan, tout droit venus de chez Vlisco.


1ère question de mes amis ivoiriens lorsqu'ils ont découvert les rideaux que je venais de faire poser dans le salon : Et si une dame venait à la maison habillée avec le tissu que tu viens d'accrocher au mur ???? Ce serait la honte pour elle...


Fière de mon nouveau décor, cette idée qu'une personne puisse choisir ce tissus pour s'habiller ne m'avait même pas effleurer l'esprit... car selon mes repères et références, ce tissu était bien trop lourd, bien trop chaud, bien trop graphique pour être porté... Erreur de ma part, toute fraîchement débarquée de là-bas...


Bref, je me suis dit : la probabilité que cet évènement se produise est faible, j'ai décidé de laisser accrocher mes rideaux !


Peu à peu mes amis se sont laissés séduire par cette idée de détourner le WAX pour en faire de belles pièces aussi belle à porter qu'à décorer...


Revisiter les traditions entre l'Asie et l'Afrique
JAPAFRIKA - Extrait de la collection Wax pour la maison

#Tendancesdéco #Décoration #coussinwax #parquet #boisbrulé

0 commentaire

Posts récents

Voir tout